USBPA : Le projet Violet

L'inauguration de la tribune Nord, lors du match USBPA contre Rouen le 17-11-2017

Le club de l'USBPA, concerné par l'avenir de ses joueurs et présentant de bonnes infrastructures, montre son ambition de passer au niveau supérieur.

Depuis quelques années, le rug­by se pro­fes­sion­na­lise. Les clubs se doivent d'avoir des struc­tures solides et des comptes finan­ciers maî­tri­sés pour exis­ter. Le club de Bourg-en-Bresse, l'USBPA , actuel­le­ment à la 2e place de la poule élite et sérieux pré­ten­dant à l'accession en Pro D2, a construit au fil des années, grâce à son expé­rience, un club struc­tu­ré et conscient des enjeux qu'implique le monde pro­fes­sion­nel. Après deux mon­tées en Pro D2 peu concluantes, les nou­veaux diri­geants ont ana­ly­sé les rai­sons de ces échecs et sont à pré­sent, prêts à se confron­ter au haut niveau. Les dif­fé­rents pôles, admi­nis­tra­tif, finan­cier, mar­ke­ting et bien sûr spor­tif, per­mettent à ce club de fonc­tion­ner de manière coor­don­née et effi­cace. De plus, le club pré­pare son futur en se basant sur une for­ma­tion et un accom­pa­gne­ment de ses jeunes espoirs, dans l'objectif de faire rayon­ner notre ter­ri­toire. Avec 400 licen­ciés à l'école de rug­by, une bonne dyna­mique de l'équipe espoir, trente contrats pros, de bonnes infra­struc­tures et des par­te­naires satis­faits des résul­tats spor­tifs et éco­no­miques, le vice-pré­sident, Jacques Page, annonce que le club est « prêt à mon­ter. Main­te­nant c'est le ter­rain qui déci­de­ra ».

Impliqué dans l'après-rugby

Dans le sport tout peut s'arrêter du jour au len­de­main. Même sans bles­sure, la car­rière d'un spor­tif ne dépasse que très rare­ment les qua­rante ans. Ain­si, en plus de viser l'élite du rug­by fran­çais, le club reste très concer­né par l'avenir de ses joueurs et par une ques­tion sou­vent négli­gée par le sport pro­fes­sion­nel : l'après car­rière. Le vice-pré­sident insiste sur le fait que « le cœur du pro­jet du club est d'avoir des joueurs et des hommes res­pon­sables, acteurs de leur vie spor­tive et pro­fes­sion­nelle. L'idée est qu'ils ne fassent pas que du rug­by et qu'ils pensent à leur recon­ver­sion. Quinze de nos trente joueurs sont en alter­nance et tra­vaillent à côté de leur vie spor­tive, comme sala­riés chez Décath­lon, l'un de nos par­te­naires, ou dans l'immobilier. Nous nous sommes don­nés comme mis­sion de les rendre employables après leur car­rière spor­tive ». Ain­si, le club a fait appel en novembre der­nier aux com­pé­tences de Yves Richez, détec­teur de talents natu­rels, pour aider les joueurs à décou­vrir des com­pé­tences qui pou­vaient leur être incon­nues. « Sa méthode, basée sur l'observation, se dérou­le­ra sur deux ans. Elle per­met aux joueurs de gar­der les pieds sur terre, en pen­sant à des métiers concrets pour leur ave­nir », explique Elie Chartre en charge de l’événementiel, de la com­mu­ni­ca­tion et des actions com­mer­ciales du club.

La technique profiling

« Le cœur du pro­jet du club est d'avoir des joueurs et des hommes res­pon­sables, acteurs de leur vie spor­tive et pro­fes­sion­nelle. »

« Le but est d'observer des per­sonnes de manière indi­vi­duelle ou en groupe afin d'identifier, d'évaluer, d'observer un ensemble de modes opé­ra­toires qui per­mettent in fine de vali­der une acti­vi­té », éclair­cit Yves Richez dans son ouvrage « Détec­tion et éva­lua­tion des talents au sein des entre­prises ». Repre­nant les com­pé­tences d'un détec­tive, la socié­té Talen­tRe­veal dont il est membre, a pour mis­sion de trou­ver, après une large phase d'observation et d'évaluation anthro­po­lo­gique, les com­pé­tences natu­relles des per­sonnes. Ain­si Karine Branche, membre du club de Bourg-en-Bresse, est actuel­le­ment en for­ma­tion, pour acqué­rir ce savoir-faire dans l'idée d'observer de manière conti­nue les joueurs afin de les accom­pa­gner au mieux dans leur recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle.


Qui dit club pro, dit boutique

Vous pour­rez retrou­ver, en plus de celle du stade, toute une gamme de vête­ments de prêt-à-por­ter dans plu­sieurs maga­sins comme Bel­lo Bou­tique, la bou­tique Gam­bet­ta, ou Patrick Bou­tique, pour venir sup­por­ter votre équipe habillé en vio­let, la cou­leur emblé­ma­tique du club.


Par Robin Lemoine

Par­ta­gez cet article sur vos réseaux sociaux !

Publicité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*