« Une stratégie entrepreneuriale ambitieuse pour la 3CM »

La pépinière Nov&Co, construite par la 3CM

En complément de l'article sur la stratégie de développement économique de la 3CM, paru dans son édition du 3 mai, l'Éco de l'Ain livre le témoignage d'un créateur accompagné par les structures du territoire et des photos des projets de l’intercommunalité.


Cet article est un additif au papier paru dans l'Éco de l'Ain du 3 mai. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour avoir accès à l'intégralité des articles de l'Éco de l'Ain, ainsi que ses suppléments et hors-série, c'est ici.


À l'occasion de la signa­ture de conven­tions de par­te­na­riats avec Ini­tia­tive Plaine de l'Ain Côtière (Ipac), le Réseau Entre­prendre Ain & Val de Saône, l'Adie (Asso­cia­tion pour le droit à l'initiative éco­no­mique) et Élan Créa­tion, la com­mu­nau­té de com­munes du can­ton de Mont­luel (3CM) a annon­cé l'ouverture pour la fin 2018, d'une pépi­nière d'entreprises de cinq bureaux et huit ate­liers (pho­to ci-des­sus). Bap­ti­sée Nov&Co avec pour slo­gan « Inno­vez en Côtière », elle est en cours de construc­tion. Le chan­tier doit être récep­tion­né pour la ren­trée de sep­tembre, ce qui per­met­tra à la struc­ture d'entrer en acti­vi­té à la fin de l'année.

La ZAE Goucheronnes, sur la 3CM

Mais la stra­té­gie de déve­lop­pe­ment éco­no­mique de la col­lec­ti­vi­té passe aus­si par l'aménagement de nou­velles zones d'activités. Entre Cap&Co, la ZAC des Via­ducs ou la ZAE des Gou­che­ronnes (pho­to ci-des­sus), 30 ha viennent s'ajouter aux 300 ha exis­tant sur le ter­ri­toire inter­com­mu­nal.

Forum de l'entreprenariat en Côtière, 1re édition

Outre le fon­cier et l'immobilier, l'animation joue plei­ne­ment son rôle dans l'émergence de pro­jets entre­pre­neu­riaux. En 2017, le Forum de l'entreprenariat de la Côtière, orga­ni­sé avec la com­mu­nau­té de com­munes de Miri­bel et du Pla­teau, avait ras­sem­blé 25 expo­sants et 200 visi­teurs. Une deuxième édi­tion aura donc lieu le 20 sep­tembre de 9 heures à 13 heures, salle des Bâtonnes à Dagneux.

Bris Heim, fondateur d'AmbarriBoris Heim, fon­da­teur d'Ambar­ri, struc­ture dédiée au jour­na­lisme d'entreprise, a sou­hai­té témoi­gner de l'intérêt de ces outils. « J'occupais un bon poste à l'international, mais je vou­lais créer mon entre­prise de com­mu­ni­ca­tion. Au Forum de l'entreprenariat, j'ai ren­con­tré des gens bien­veillants qui m'ont don­né le déclic pour lan­cer mon pro­jet. Pri­mé à cette occa­sion, j'ai été accom­pa­gné par une mar­raine, béné­vole d'Élan Créa­tion. J'ai pu béné­fi­cier par ailleurs, des conseils et du finan­ce­ment de l'Adie, ain­si que du dis­po­si­tif régio­nal iDé­clic Prim, alors que j'étais per­sua­dé de n'avoir droit à rien. Les conseillers de l'Adie m'ont fait tou­cher du doigt des besoins de tré­so­re­rie que j'avais sous-esti­mé. Enfin, comme je ne sou­haite pas tra­vailler de chez moi, j'utilise les espaces de cowor­king du Tiers Mix qui sont très abor­dables », raconte-t-il recon­nais­sant. La stra­té­gie de la 3CM semble donc déjà por­ter ses fruits.


Le soutien de la 3CM aux structures d'appui à la création d'entreprise

  • Ipac touche 25 000 euros par an, dont 60 % servent à ali­men­ter le fonds de prêt.
  • L'Adie et Réseau Entre­prendre reçoivent 1 000 euros par pro­jet local finan­cé pour cou­vrir les frais d’ingénierie des struc­tures (avec un pla­fond à 5 000 euros par an pour l'association et 2000 euros par an pour le réseau).
  • Elan Créa­tion per­çoit 600 euros par pro­jet local héber­gé dans la coopé­ra­tive pour cou­vrir les frais d’ingénierie de la struc­ture, avec un maxi­mum de 4 800 euros par an.

Par Sébas­tien Jac­quart

Par­ta­gez cet article sur vos réseaux sociaux !

Publicité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*