L'économie atypique du Pays de Gex

La future Cité des Savoirs du pays de Gex©AgenceBIG

À la différence du reste de l'Ain, ou même des pays de Savoie, les espaces gessiens sont plus tournés vers le commerce que l'industrie. Explications et perspectives.

L'Ain, comme cha­cun le sait, est le pre­mier dépar­te­ment indus­triel de France. Une indus­trie éga­le­ment lar­ge­ment déve­lop­pée en Savoie et Haute-Savoie, y com­pris dans les espaces trans­fron­ta­liers. Le Pays de Gex, plus tour­né vers le com­merce et les ser­vices, fait excep­tion. En fin connais­seur du ter­ri­toire, Étienne Blanc, maire de Divonne-les-Bains, vice-pré­sident du conseil régio­nal et ancien dépu­té de la cir­cons­crip­tion, explique cette situa­tion par des motifs his­to­riques et géo­gra­phiques. « Si la val­lée de l'Arve est asso­ciée au décol­le­tage, c'est grâce à la pré­sence de l'énergie hydro­élec­trique qui per­met­tait le tra­vail du métal. La Plas­tics Val­lée, elle, a déve­lop­pé son savoir-faire sur le tra­vail de la corne. Le pays de Gex, lui, était avant tout un ter­ri­toire agri­cole — parce qu'il fal­lait nour­rir Genève — et arti­sa­nal, retrace-t-il. Mais, nous n'avons pas d'histoire indus­trielle ou très peu. » Et l'élu d'expliquer le déve­lop­pe­ment com­mer­cial du ter­ri­toire, au cours du XXe siècle — comme celui de l'immobilier — par l'appréciation du franc suisse sur le franc fran­çais. « La dis­tri­bu­tion s'est déve­lop­pée car cette dif­fé­rence moné­taire per­met­tait aux Suisses de faire des achats dans de très bonnes condi­tions. Les grandes sur­faces du ter­ri­toire fonc­tionnent très bien, avec un chiffre d'affaires signi­fi­ca­tif, grâce à une clien­tèle gene­voise et vau­doise impor­tante. » Aus­si, le déve­lop­pe­ment com­mer­cial se pour­suit aujourd'hui, avec de nom­breux pro­jets et restruc­tu­ra­tions sur Fer­ney-Vol­taire, Saint-Genis-Pouilly, Gex et Divonne.

Cette situa­tion ne manque d'ailleurs pas d'inquiéter les com­mer­çants. « Les nom­breuses construc­tions et exten­sions annon­cées nous font craindre de la casse, y com­pris au sein des dif­fé­rents centres com­mer­ciaux, note Chris­tian Sbiz­ze­ra, pré­sident de l'union com­mer­ciale et arti­sa­nale Vivez Vol­taire. Il fau­drait accom­pa­gner ce mou­ve­ment d'opérations de requa­li­fi­ca­tion des centres-villes, les adap­ter en termes d'accès, de sta­tion­ne­ment et d'horaires. » Et celui-ci d'appeler de ses vœux, le déve­lop­pe­ment d'autres sec­teurs d'activité.

Atouts

Cela tombe bien, le sché­ma de déve­lop­pe­ment éco­no­mique défi­ni par la com­mu­nau­té de com­munes du Pays de Gex (CCPG) entend favo­ri­ser l'innovation, la créa­tion d'entreprises et la for­ma­tion. « C'est vrai que l'économie du pays de Gex est très dif­fé­rente des autres ter­ri­toires, recon­naît Jean-Claude Char­lier, vice-pré­sident de la CCPG en charge du déve­lop­pe­ment éco­no­mique. Nous avons tout de même 3 500 entre­prises qui emploient 20 000 sala­riés, plus 25 000 tra­vailleurs fron­ta­liers, soit 45 000 actifs. Et nous avons nos atouts, comme le Cern, plus grand centre de recherche du monde, un aéro­port inter­na­tio­nal et, à Genève, le quar­tier des grandes orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales qui sont deman­deuses de ser­vices — par exemple pour l'organisation de confé­rences et de sémi­naires — et nous donnent une carte à jouer. »

Schéma de développement

Le volet inno­va­tion passe par la créa­tion de l'incubateur Inno­gex, asso­cié aux tech­no­lo­gies issues du Cern. En deux ans, celui-ci a per­mis l'implantation d'une demi-dou­zaine d'entreprises, axées sur le numé­rique ou la san­té. Un autre incu­ba­teur accueille, lui, des start-up plus clas­siques. « Concer­nant le deuxième axe, nous allons construire, sur le Tech­no­parc de Saint-Genis-Pouilly, un pôle de l'entrepreneuriat, gui­chet unique pour tous les ser­vices à la créa­tion, pour­suit Jean-Claude Char­lier. Il regrou­pe­ra tout le pôle éco­no­mique de la CCPG et l'Agence de déve­lop­pe­ment éco­no­mique, sous une appel­la­tion unique, ain­si que la pla­te­forme d'initiative locale. » Pour la for­ma­tion, enfin, la CCPG s'appuie sur le pro­jet de la cité des Savoirs, qui sera le pre­mier bâti­ment construit — à l'horizon 2019 — sur la future ZAC Fer­ney Genève Inno­va­tion. Cette cité réuni­ra tout le micro­cosme lié à la for­ma­tion, directe ou indi­recte. Déjà, à la ren­trée 2018, deux orga­nismes de for­ma­tion ini­tiale et conti­nue sur le numé­rique, IT Aka­de­my et Digi­tal Cam­pus, seront accueillis, dans un pre­mier temps, sur le Tech­no­parc de Saint-Genis.


Thermalisme

La sta­tion ther­male de Divonne-les-Bains vient d'obtenir une nou­velle indi­ca­tion, la rhu­ma­to­lo­gie, ce qui se tra­duit par une aug­men­ta­tion très signi­fi­ca­tive de sa fré­quen­ta­tion.


Par Sébas­tien Jac­quart

Pho­to : La future Cité des Savoirs est l'un des piliers du sché­ma de déve­lop­pe­ment défi­ni par la com­mu­nau­té de com­munes du Pays de Gex. Elle est la pierre angu­laire du volet for­ma­tion.

Par­ta­gez cet article sur vos réseaux sociaux !

Publicité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*