JEMA : Miniportraits d'artisans d'art

Bruno et Laurence Pasdeloup, artisans d'art, papetiers

En complément de l'article sur les Journées européennes des métiers d'art dans l'Ain, paru dans son édition du 12 avril, l'Éco de l'Ain fait parler des artisans d'art de leur installation et de leurs savoir-faire.


Cet article est une version enrichie de l'article paru dans l'Eco de l'Ain du 12 avril. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour avoir accès à l'intégralité des articles de l'Éco de l'Ain ainsi que de ses suppléments et hors-série, c'est ICI.


Lors de l'inauguration de l'événement “Les arti­sans d'art aux portes de la cité médié­vale”, ven­dre­di 6 avril à Pérouges, Serge Vidal, pré­sident de la chambre régio­nale de métiers, a insis­té sur le carac­tère par­fois inno­vant des métiers d'art. Bru­no et Lau­rence Pas­de­loup (pho­to ci-des­sus) en sont la par­faite illus­tra­tion. Ins­tal­lés depuis trois ans au cœur de la cité, ces arti­sans pape­tiers œuvrent, certes, majo­ri­tai­re­ment pour les arts gra­phiques. «  Mais, nous tra­vaillons de plus en plus pour les labo­ra­toires, racontent-ils. Nous avons par exemple, par­ti­ci­pé au déve­lop­pe­ment d'un bra­ce­let équi­pé d'un buvard qui per­met de repé­rer l'état de déshy­dra­ta­tion des per­sonnes âgées ou des spor­tifs, ou encore au déve­lop­pe­ment, avec une ONG, d'un embal­lage ali­men­taire en papier et char­bon. Le char­bon ayant des pro­prié­tés anti­bac­té­riennes. » Avec une capa­ci­té de pro­duc­tion de 30 000 feuilles de papier par an, dans tous les gram­mages et à par­tir de sept à huit fibres dif­fé­rentes, les deux arti­sans sont non seule­ment capables de réa­li­ser le pro­to­ty­page, mais aus­si la pro­duc­tion, sur ce type de mar­chés. Sinon, outre les arts gra­phiques, la res­tau­ra­tion de manus­crits est un mar­ché majeur pour les deux pape­tiers. « Le papier arti­sa­nal, plus résis­tant que le papier indus­triel, est pré­fé­ré par les relieurs et les res­tau­ra­teurs », expliquent-ils.

Renée et Guillaume Pillards, artisans d'art, potiers

Plu­tôt que d'innovation, c'est de trans­mis­sion que nous parlent Renée et Guillaume Pillards, potiers à Pérouges. Lui a repris l'année der­nière, l'atelier qu'occupaient ses parents depuis 50 ans. Et il tra­vaille tou­jours avec sa mère.

Les Dessous de Caro, artisans d'art, couture

Quant à l'histoire de Caro­line Robert, elle traite de recon­ver­sion. Créa­trice de sous-vête­ments fémi­nins selon les men­su­ra­tions, elle a ins­tal­lé son ate­lier “Les Des­sous de Caro”, à Oyon­nax, en février 2017. « J'ai repris une acti­vi­té qui s'était arrê­tée, il y a quatre ans. En fait, j'ai rache­té les maté­riels aux enchères », narre cette ancienne secré­taire médi­cale. Son entre­prise emploie une cou­tu­rière à mi-temps. Assu­rant elle-même à la fois une par­tie de la vente et une par­tie de la fabri­ca­tion, elle cherche à recru­ter des ven­deuses à domi­cile indé­pen­dantes. Son réseau de dis­tri­bu­tion n'en compte qu'une pour l'instant.


Par Sébas­tien Jac­quart

Par­ta­gez cet article sur vos réseaux sociaux !

Publicité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*