L'édito de Stéphane Coltice : "Baptême du feu"

Après avoir douté, pesté, prié, voté…, le temps est désormais à la reconstruction de notre pays, sous la houlette de notre nouveau Président Emmanuel Macron.

Si cer­tains l’encensent déjà tan­dis que d’autres le détestent tou­jours, force est de consta­ter que son habi­le­té poli­tique lui aura per­mis de débu­ter son quin­quen­nat sous de bons aus­pices et de retour­ner une par­tie de la popu­la­tion pour obte­nir aujourd’hui la confiance de 64 % des Fran­çais, dans un bon équi­libre entre sym­pa­thi­sants de droite et de gauche.

Stéphane Coltice

Il est vrai que l’homme dis­pose d’indéniables atouts. Le pre­mier est évi­dem­ment sa jeu­nesse, qui per­met de rêver à une France nou­velle et dépous­sié­rée de ses mau­vaises habi­tudes, poli­tiques, éco­no­miques, socié­tales. Mais à la fougue de son âge, se rajoutent aus­si un véri­table cha­risme, une volon­té de convaincre et un sens éprou­vé de la stra­té­gie. Enfin, en l’emportant face à Marine Le Pen, notre nou­veau Pré­sident pro­fite de l’enthousiasme de nos par­te­naires euro­péens et du regard bien­veillant du reste du monde, auto­ri­sant ain­si ses élec­teurs – au moins pro­vi­soi­re­ment – à être de nou­veau fiers de leur pays. Un sen­ti­ment que l’on croyait dis­pa­ru…

Mais après avoir brillé sur papier, il est désor­mais temps pour lui de se frot­ter à la réa­li­té. Et son pre­mier dos­sier n’est pas le plus simple, puisqu’il s’attaque bille en tête à la réforme du Code du tra­vail, dans la conti­nui­té de tra­vaux défen­dus en 2016 par Myriam El Khom­ri. On se sou­vient encore à quel point cette affaire s’était avé­rée glis­sante pour le gou­ver­ne­ment en place, abou­tis­sant à un 49.3 qui n’avait satis­fait ni le patro­nat, ni le sala­riat. Pour­tant, Emma­nuel Macron remet immé­dia­te­ment l’ouvrage sur l’établi, bien déci­dé à pous­ser le bou­chon un peu plus loin. L’homme a en effet tout à prou­ver dans sa nou­velle fonc­tion, et peu de temps pour convaincre avant l’épreuve des légis­la­tives qui pour­raient, en fonc­tion des résul­tats, ren­for­cer sa légi­ti­mi­té ou au contraire le lais­ser rela­ti­ve­ment désem­pa­ré… La ges­tion de ses pre­miers dos­siers aura for­cé­ment un impact déter­mi­nant.

"APRÈS AVOIR BRILLÉ SUR PAPIER, IL EST DÉSORMAIS TEMPS POUR EMMANUEL MACRON DE SE FROTTER À LA RÉALITÉ."

Les repré­sen­tants patro­naux semblent pour l’instant se frot­ter les mains aux pro­po­si­tions du Pré­sident visant une meilleure flexi­bi­li­té du tra­vail, un enca­dre­ment des indem­ni­tés prud’homales, ou la fusion des ins­tances de repré­sen­ta­tion du per­son­nel. La négo­cia­tion avec les syn­di­cats de sala­riés sera sans doute plus ten­due ! Des éclair­cis­se­ments seront éga­le­ment atten­dus, notam­ment sur le finan­ce­ment de cer­taines actions telles que l’extension du droit au chô­mage pour tous, y com­pris démis­sion­naires et chefs d’entreprise. Quelle contre­par­tie sera appli­quée ? Car le prin­cipe est désor­mais rodé et connu : ce qui est don­né d’une main est repris de l’autre, condi­tion sine qua non pour pré­ser­ver un bud­get éta­tique déjà bien mal en point.

Les der­niers son­dages révèlent l’envie actuelle des élec­teurs d’accorder une majo­ri­té à la Répu­blique En Marche aux élec­tions légis­la­tives. Son posi­tion­ne­ment sur la scène inter­na­tio­nale, ses ren­contres avec Trump et Pou­tine, ou encore sa capa­ci­té à appa­raître comme un véri­table chef des armées dans le cli­mat post-Man­ches­ter seront donc par­ti­cu­liè­re­ment ana­ly­sés par tous les acteurs de la vie poli­tique. Chaque erreur lui coû­te­ra inévi­ta­ble­ment quelques points. En atten­dant, la Macron­ma­nia conti­nue…

 

Sté­phane Col­tice
Direc­teur délé­gué de la publi­ca­tion
s.coltice@eco-ain.fr

Trump, Macron et Philippe vus par Faro

INSCRIPTION NEWSLETTER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*