L'édito de Myriam Denis : "Sexy Economy ?"

« Chaude », « salope », « sexy », « prostituée », etc., etc., etc. Non ! L’Éco de l’Ain n’a pas changé sa ligne éditoriale. Ce vocabulaire fleuri et imagé provient de la thèse primée par l’université de Californie d’Alice H.Wu, future doctorante de la prestigieuse faculté d’Harvard.

Myriam Denis

Pour­quoi ? Mar­di 10 octobre n’était pas (uni­que­ment) la jour­née de grève des fonc­tion­naires pro­tes­tant contre la baisse de leur pou­voir d’achat ou celle des effec­tifs. C’était éga­le­ment le jour du cou­ron­ne­ment, tout du moins la remise par l’Académie royale des sciences de Suède, du prix Nobel d’économie à l’américain Richard Tha­ler. Exit Esther Duflot, fran­çaise, pro­fes­seure au Mas­sa­chu­setts Ins­ti­tute of tech­no­lo­gy. Le Graal revient – une fois de plus – à un homme. Depuis sa créa­tion, en 1969, année sym­pa­thique, une seule femme a été dis­tin­guée. Cer­tains éco­no­mistes fran­çais et de Navarre pointent – depuis quelque temps déjà – une incom­men­su­rable miso­gy­nie répan­due dans ce métier (et tant d’autres) de par le monde. Un uni­vers où le pla­fond de verre stoppe d’une manière qua­si-sys­té­ma­tique les femmes dans leur pro­gres­sion pro­fes­sion­nelle. Autant de pos­tu­lats qui ont ser­vi de base de départ à la thèse d’Alice H.Wu. Celle-ci a pas­sé en revue des mil­liers et des mil­liers de conver­sa­tions tenues sur un réseau pro­fes­sion­nel bien connu des éco­no­mistes amé­ri­cains. Et ce sont les termes sus­men­tion­nés qui reviennent le plus sou­vent lorsque le beau sexe est abor­dé au fil des conver­sa­tions. Lorsque le voca­bu­laire s’oriente vers ses homo­logues mas­cu­lins, on retrouve en revanche des mots tels que « conseiller », « mathé­ma­ti­cien », « buts », « Nobel », « car­rière »… Et non « ren­dez-vous », « but non lucra­tif », « jolie » ou « secré­taire ». Du côté des chiffres et pour cor­ro­bo­rer ces dires, aux États-Unis, 31 % des doc­to­rants en éco­no­mie sont des femmes, elles repré­sentent 23 % des ensei­gnants-cher­cheurs. En France, elles comptent pour moi­tié en pre­mier cycle uni­ver­si­taire, pour atteindre 20 % des pro­fes­seurs. Et ce ne sont pas les per­for­mances intel­lec­tuelles ou uni­ver­si­taires qui semblent être en cause.

Ce modèle peut lar­ge­ment être trans­po­sable à d’autres sec­teurs d’activité, natu­rel­le­ment. Dans une vision plus nihi­liste du monde qui nous entoure, et en sor­tant du pur débat idéo­lo­gique de la condi­tion fémi­nine à tra­vers le monde, je me prends à consta­ter que les inéga­li­tés ne semblent pas vou­loir céder du terrain.

« Dans une vision plus nihi­liste du monde qui nous entoure, je me prends à consta­ter que les inéga­li­tés ne semblent pas vou­loir céder du ter­rain. »

C’est en tout cas la per­cep­tion d’une par­tie de nos conci­toyens. Jusqu’alors, ce (re)sentiment ne s’est que peu tra­duit, mal­gré une ren­trée sociale que l’on annon­çait pour le moins explo­sive. Mais nos habiles diri­geants avaient dû prendre des notes des inter­mi­nables empoi­gnades de l’année der­nière autour de la loi El Khom­ri. Des concer­ta­tions effi­caces per­mirent de désa­mor­cer bien des inquié­tudes d’une part, et d’autre part au Gou­ver­ne­ment d’avancer serei­ne­ment par voie d’ordonnances sur sa loi Tra­vail. Cepen­dant, cer­tains s’insurgent. Les fonc­tion­naires, atta­chés à leurs pri­vi­lèges et qui ima­gi­naient, s’ils lâchaient du lest, qu’ils béné­fi­cie­raient, comme les sala­riés du pri­vé, d’une prise en compte de leur pou­voir d’achat ; et les élus locaux. Eux ne veulent pas être réduits au rôle de variable d’ajustement bud­gé­taire et crient à l’injustice des mesures. Notre Pré­sident, tan­tôt Jupi­ter, tan­tôt Janus aux deux visages, a du mal à ins­pi­rer confiance. Une solu­tion : retrous­ser ses manches et ne comp­ter que sur soi-même. Qu’allons-nous ensei­gner aux géné­ra­tions futures, pour qui le goût de l’effort ne sera peut-être déjà plus qu’un mythe ? Ma fille – quand tu sau­ras lire – fais mieux !

Myriam Denis

Rédac­trice en chef adjointe
m.denis@eco-ain.fr

 La mobilisation des fonctionnaires selon Faro

INSCRIPTION NEWSLETTER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*