L'édito de Myriam Denis : "30 ans sinon rien"

C’était en 87. L’aventure (re)commençait, sous une forme inédite. Depuis, celui qui a (trop) longtemps été considéré comme le Petit Poucet de la presse locale a fait du chemin. Nous avons décidé de consacrer l’intégralité de ce numéro à nos 30 ans de presse hebdo économique. Ode à notre territoire que nous avons vu se développer, à nos entreprises, à notre équipe…

Myriam DenisLa ques­tion a fusé, chez nous : qu’est-ce que l’on fai­sait en 1987 ? Bon, en 87, per­son­nel­le­ment j’avais 5 ans et donc n’étais pas encore vrai­ment au fait de l’actualité. C’était plu­tôt l’époque où je par­lais sans arrêt au pas­sé simple (peut-être les pré­mices d’un sens lit­té­raire qui se déve­lop­pait…). Quand j’ai rejoint le titre en 2009, il s’appelait encore le Cour­rier Éco­no­mie (et nombre de nos lec­teurs l’appellent tou­jours comme ça…). Notre jour­nal, notre entre­prise ont évo­lué. Deve­nu Éco de l’Ain, filiale du groupe Sopre­da, notre maga­zine est sor­ti de sa chry­sa­lide. Il met en adé­qua­tion le fonds et la forme, dans une mou­ture soi­gnée, effi­cace et pro­fes­sion­nelle. Oui, notre presse est en forme(s) grâce à des paris, cer­tains osés, que nous avons su rele­ver – tout comme nos manches. Et c’est cette conjonc­tion de forces qui font que l’hebdo que vous tenez entre les mains fête ses 30 ans.

"NOUS TÂCHONS DE RÉALISER NOTRE TRAVAIL AVEC HONNÊTETÉ ET BIENVEILLANCE, CE QUI CONFÈRE À NOS TITRES LA CRÉDIBILITÉ RECHERCHÉE DANS LA PRESSE."

Regar­der d’où l’on vient, c’est sou­vent une bonne chose pour éva­luer le che­min par­cou­ru. Pour (se) rendre compte. Mais il ne faut pas oublier de regar­der devant, loin devant. Et c’est ce que nous essayons de faire. En témoigne le déve­lop­pe­ment de nou­veaux titres satel­lites à notre acti­vi­té pre­mière, com­plé­men­taires et enri­chis­sants. D’Activ­mag à l’Ain en chiffres, en pas­sant par Sports & busi­ness, sans oublier la refonte totale de notre site inter­net et une pré­sence accrue sur les réseaux sociaux… Oui, nous nous ris­quons à nous bou­ger pour pro­gres­ser, même si par­fois le che­min est semé d’embûches. Mais ici, nous y croyons fort, toutes et tous. Parce qu’au-delà d’un canard qua­li­ta­tif, c’est l’esprit d’équipe et le sérieux de notre tra­vail quo­ti­dien que l’on tient à vous faire décou­vrir à tra­vers ces lignes et ces pages que vous allez par­cou­rir. Aujourd’hui, on sait com­bien la cote de popu­la­ri­té de la presse fran­çaise n’est pas au beau fixe. Que le public connaît un véri­table défi­cit de confiance envers nos métiers. On nous serine régu­liè­re­ment que « les gens ne lisent plus ». Et pour­tant, vous êtes là. De notre côté, nous tâchons de réa­li­ser notre tra­vail avec hon­nê­te­té et bien­veillance, ce qui confère à nos titres cette cré­di­bi­li­té tant recher­chée dans la presse. Faire tour­ner une boîte comme la nôtre et pro­duire un beau tra­vail ne sont pas des notions anti­no­miques. Nous sommes proches de vous, chers lecteurs/trices. Nous sommes, comme vous, des pro­fes­sion­nels qui cher­chons à faire de notre mieux. Nous pen­sons que l’adéquation de nos savoir-faire et nos savoir-être est fon­da­men­tale. Alors certes, tout n’est pas par­fait, il y a sans doute (ou peut y avoir, ou aura) quelques coquilles. Mais notre tra­vail est réa­li­sé avec le cœur, le cœur d’une entre­prise qui bat à vos côtés depuis des années, au rythme de ses lec­teurs et de son ter­ri­toire.

Myriam Denis

Rédac­trice en chef adjointe
m.denis@eco-ain.fr

La rédaction de l'Eco vue par Faro

Par­ta­gez cet article sur vos réseaux sociaux !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*