Les commissaires aux comptes manifestent à Lyon

Les com­mis­saires aux comptes se mobi­lisent dans six villes de France, dont Lyon, ce jeu­di 17 mai, contre la réforme des seuils d’audit obli­ga­toire des entre­prises annon­cée par le gou­ver­ne­ment. Une pro­po­si­tion contre laquelle une péti­tion a déjà réuni plus de 30 000 signa­tures. Les com­mis­saires aux comptes sou­haitent aler­ter les Fran­çais sur les « consé­quences dra­ma­tiques du pro­jet du gou­ver­ne­ment sur l’économie toute entière ».
À Lyon, les com­pa­gnies de Riom, Cham­bé­ry, Gre­noble et Dijon se ras­sem­ble­ront à par­tir de 15 h 30, avant de défi­ler, à par­tir de 16 heures, en direc­tion la pré­fec­ture de région, via le cours Gam­bet­ta et le cours de la liber­té. Oli­vier Arthaud, pré­sident de la Com­pa­gnie régio­nale des com­mis­saires aux comptes de Lyon remet­tra un livre blanc à la cheffe du
cabi­net du pré­fet de région.
Avec cette réforme, 153 000 entre­prises n'auront plus l'obligation de cer­ti­fier leurs comptes. « Cela condui­ra à une dimi­nu­tion de la pré­ven­tion des risques et à une aug­men­ta­tion des défaillances d’entreprises. C’est l’intérêt géné­ral et la sécu­ri­té finan­cière qui sont mis à mal à un moment où plus de trans­pa­rence serait sou­hai­tée, estiment les com­mis­saires aux comptes qui appa­rentent ce texte à un plan social mas­sif. Quelque 7 000 emplois sont mena­cés, de nom­breux jeunes endet­tés pour créer ou reprendre un cabi­net risquent de perdre leur acti­vi­té, sans comp­ter les mil­liers de jeunes qui étu­dient en filière audit, par exemple dans les villes de Lyon, Cler­mont-Fer­rand et de Gre­noble et dont l’avenir pro­fes­sion­nel se voit sacri­fié sur l’autel de l’harmonisation euro­péenne. »
Pour Oli­vier Arthaud, la mani­fes­ta­tion vise à « expri­mer notre colère et notre inquié­tude. Inquié­tude car le gou­ver­ne­ment menace la sécu­ri­té finan­cière de mil­liers de PME de notre région qui ne ver­ront plus leurs comptes cer­ti­fiés. Et colère car on mécon­naît notre mis­sion d’intérêt géné­ral. Loin de sim­pli­fier la vie des entre­prises, cette réforme abou­ti­ra à une fra­gi­li­sa­tion de la confiance néces­saire à la crois­sance ».

Par­ta­gez cet article sur vos réseaux sociaux !

Publicité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*