La centrale du Bugey bat le rappel sur la sécurité

Sécurite : prévention du risque d'électrisation.

La journée du 1er juin a été consacrée au rappel des règles de prévention, dans un contexte de forte amélioration des indicateurs.

Si la sûre­té nucléaire est évi­dem­ment la pré­oc­cu­pa­tion numé­ro 1 de la cen­trale du Bugey, celle-ci a déci­dé de réaf­fir­mer la sécu­ri­té des 1 400 sala­riés et 400 pres­ta­taires exté­rieurs qui inter­viennent sur le site, comme l’un de ses enjeux majeurs. La jour­née du 1er juin était donc entiè­re­ment consa­crée à cette thé­ma­tique. « Ce temps fort, deve­nu ren­dez-vous annuel, sert notam­ment à valo­ri­ser les ini­tia­tives prises par les ser­vices. Nous avons libé­ré du temps à nos per­son­nels pour per­mettre à cha­cun d’y par­ti­ci­per, pré­cise le direc­teur d’unité, Pierre-Louis Boyer, pour qui une réelle dyna­mique s’installe sur le site. Notre indi­ca­teur phare, les acci­dents du tra­vail avec arrêt est en forte baisse. Nous n’en avons eu qu’un depuis le début de l’année. Idem pour les acci­dents sans arrêt de tra­vail, au nombre de huit. »

Vigilance partagée

C’est une glis­sade sur une plaque de ver­glas, le 16 jan­vier, qui a pro­vo­qué la bles­sure d’un sala­rié. « Un acci­dent évi­table », consi­dère le direc­teur. Aus­si, en plus de l’approche tra­di­tion­nelle de la sécu­ri­té basée sur la règle, la cen­trale a lan­cé début avril, une Vigi­lance par­ta­gée. « C’est une démarche volon­taire où l’on s’engage à signa­ler un pro­blème quand on en repère un, où l’on n’hésite pas à inter­pel­ler l’autre si l’on consi­dère qu’il se met en dan­ger et où l’on accepte d’être inter­pel­lé soi-même, explique Pierre-Louis Boyer. Plus de la moi­tié de nos per­son­nels ont accep­té de s’inscrire dans cette approche. »

Séurité : un rappel des règles concernant les travaux en hauteur.
Un rap­pel des règles concer­nant les tra­vaux en hauteur.

Si un nou­vel épi­sode de ver­glas se pro­duit, cette fois, les équipes devraient avoir le réflexe de le signa­ler. Elles peuvent s’adresser à deux ser­vices (« main­tien en état exem­plaire du site » ou « sécu­ri­té et radio­pro­tec­tion ») à même de mettre en place un bali­sage et de prendre des mesures cor­rec­tives. Le cas échéant, c’est la conden­sa­tion d’une clim qui avait gelé. L’ensemble des cli­ma­ti­sa­tions du site seront donc ins­pec­tées avant le pro­chain hiver. Dans la même logique, les presque acci­dents sont décla­rés et ana­ly­sés pour éva­luer leur risque de récur­rence et les cor­rec­tions possibles.

Risques vitaux

Jeu­di 1er juin, une quin­zaine de stands, dres­sés soit par les ser­vices, soit par les pres­ta­taires, abor­daient dif­fé­rentes thé­ma­tiques, notam­ment en lien avec les risques vitaux iden­ti­fiés par l’entreprise : les chutes de hau­teur, l’électrisation, l’écrasement par une charge pen­dant un levage et l’irradiation par un tir radio­gra­phique. Des sujets abor­dés sous dif­fé­rents angles comme le contrôle des écha­fau­dages, l’équipement des cor­distes, ou les manu­ten­tions manuelles, pour le tra­vail en hau­teurs. D’autres thèmes étaient plus liés à l’activité du site, à l’image de la construc­tion dans le cadre des mesures post-Fuku­shi­ma, des bâti­ments DUS des­ti­nés à abri­ter des géné­ra­teurs de secours en cas de rup­ture d’alimentation de la cen­trale. « Une opé­ra­tion de génie civil avec ses propres enjeux de sécu­ri­té », note le direc­teur. De quoi entre­te­nir la dyna­mique en place.

Sécurité : prendre soin de soi
Parce que l’accident sur­vient sou­vent dans les états fatigues, il est essen­tiel de savoir prendre soin de soi.

Par Sébas­tien Jacquart

INSCRIPTION NEWSLETTER

1 Rétrolien / Ping

  1. CENTRALE DU BUGEY (01) : La centrale du Bugey bat le rappel sur la sécurité – Toute l'information sur l'Industrie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*